Sélection des meilleurs livres – octobre 2012 : Jean-Jacques Urvoas et Magali Alexandre, Michel Feynie, George Lois, Marsall McLuhan et Simon Merle

En cours de rédaction

Manuel de survie à l’Assemblée nationale. L’art de la guerilla parlementaire – Jean-Jacques Urvoas et Magali Alexandre

Première impression : dans les coulisses… Seconde impression : …et sans langue de bois

En résumé : Dans ce « Manuel de survie à l’Assemblée nationale », coécrit avec Magali Alexandre, Jean-Jacques Urvoas se livre à une critique du  fonctionnement de l’institution parlementaire tout en donnant des clés pour mieux comprendre – et apprécier – les règles officieuses de l’hémicycle. 

L’intérêt :

En savoir plus avec la critique de L’Express

Le « as if » management – Michel Feynie

Première impression : l’expression « as if » est bien trouvée Seconde impression : l’auteur aurait pu orthographier correctement mon nom ! 

En résumé : entre standardisation du discours managérial et process mis en place par les cabinets conseil, le mal-être au travail grandit au travail au point que le  « As If » du management suscite le « As if » des salariés. Tout ne serait-il plus que faux semblants dans le monde impitoyable de la grande entreprise ?

L’intérêt :

Sacrés bons conseils (for people with talent!) Comment débrider votre potentiel créatif par le maître américain de la communication – George Lois

Première impression : On a toujours besoin de bons conseils, non ? Seconde impression : oui, mais ceux-là s’adressent à ceux qui ont déjà du talent

En résumé : les sacrés bons conseils de Lois George en disent autant sur la personnalité exceptionnelle d’un homme de communication que sur la meilleure façon de « débrider sa créativité ». 

L’intérêt : c’est la première fois que George Lois est publié en français. Il était temps. Agé de 82 ans, George Lois est un des plus grands créatifs vivants, concepteur de campagnes retentissantes, thuriféraire – comme tous les publicitaires – de sa propre histoire et de ses propres exploits. Son dernier livre se propose de donner de sacrés bons conseils, non pas pour être créatif, mais pour développer sa créativité. La nuance mérite d’être soulignée. Car pour Lois George, on ne nait pas créatif, on est créatif.  De là à faire du publicitaire un artiste,  il n’y a évidemment qu’un pas que Lois George s’empresse de franchir. L’homme est connu pour sa connaissance de l’art et son amour de la musique, sa passion de l’image et du graphisme. Le magazine Esquire lui a confié, de 1962 à 1972, 92 de ses couvertures que le MoMA a exposées en 2008. Dans un autre registre, il a réalisé le vidéoclip de la chanson Jokerman par Bob Dylan en 1983. Pour Lois George, ces créations ne sont pas différentes de ses activités proprement professionnelles. A ses yeux, la création publicitaire et graphique forme un tout. Selon ses propres dires, « [sa] pratique professionnelle dérive directement de la conception romantique de l’artiste surhomme », d’un « goût de choquer », d’un « souci de défier les conventions par des coups d’éclats ». Toute l’ambiguïté de son livre réside sans doute ici : les bons conseils de Lois George s’adressent moins à ses lecteurs qu’ils ne tracent par touches successives le portrait d’un publicitaire de talent qui voudrait être aussi reconnu comme un artiste. Face à la désacralisation de la publicité et la reprise en main des entreprises plus soucieuses de gagner de l’argent que de briller par leurs annonces télé, cette publicité n’existe sans doute plus aujourd’hui. Mais, au-delà de quelques campagnes mythiques et quelques personnalités hors norme, cette publicité a-t-elle jamais vraiment existé ?

> Intégralité de cette critique sur lefilrougedelopinion.com

La mariée mécanique – Marshall McLuhan

Première impression : curieux titre Seconde impression : un livre un peu dingue. Comme McLuhan

En résumé :  Dans un style littéraire et inventif, Marshall McLuhan analyse la culture de masse de l’homme moderne des années 50, du cinéma hollywoodien comme machine à broyer les consciences en passant par l’automobile comme affirmation d’une identité sexuelle aux contours flous, jusqu’à la figure de l’intellectuel comme bouc émissaire de la consommation.

L’intérêt

A lire aussi une analyse de D-Fiction

Super Héros & Philo – Simon Merle

Première impression : un sujet original Seconde impression :

En résumé

L’intérêt

A lire aussi  

Publicités